Location de voitures aux États-Unis

Voiture de location aux USA
Ci-dessus : Une voiture de location « Mercury » aux États-Unis.

Tous les principaux aéroports et villes, mêmes modestes, possèdent des antennes des principales agences de location de voitures. Leurs tarifs sont variables, en fonction notamment des taxes d'État.

Critères légaux pour louer un véhicule aux États-Unis

Il faut être âgé au minimum de 21 ans pour louer une voiture aux USA - ce qui peut surprendre quand on croise des adolescents de 16 ans manoeuvrer des 4x4 gigantesques... alors qu'ils n'ont pas le droit de boire un verre de bière ! - et détenir un permis en cours de validité (le permis international n'est pas nécessaire). Attention toutefois, certains loueurs requièrent un âge minimal de 25 ans ou appliquent un surcoût aux conducteurs âgés entre 21 et 25 ans.

Blue Swallow Motel à Tucumcari
Ci-dessus : Le « Blue Swallow Motel » à Tucumcari, Nouveau-Mexique.

Si plusieurs conducteurs ont l'intention de se succéder derrière le volant, n'oubliez pas de le signaler à l'agence au moment de conclure le contrat de location. Cette option peut être payante mais ce n'est pas systématique ; comptez alors un supplément variant entre 5$ et 7$ par jour. Les mêmes critères légaux s'appliquent aux autres conducteurs qui ne se verront pas systématiquement demander leur permis de conduire au moment de la location.

Tarifs de location

Naturellement, les tarifs varient en fonction des agences, de la popularité de la destination, de la demande mais surtout du style et des caractéristiques techniques et esthétiques du véhicule souhaité.

Habituellement, les tarifs de location commencent autour de 30$ par jour pour les véhicules les plus petits (« compact » et « economy »), un peu plus de 70$ pour les voitures sportives et/ou décapotables et jusqu'à 150$ pour les gros vans et 4x4 (SUV). Le tarif de base inclut généralement le « kilométrage illimité ».

Attention aux forfaits proposés par les loueurs qui, bien que pratiques, peuvent s'avérer particulièrement onéreux, en particulier l'option vous dispensant de faire le plein à la remise du véhicule... à un prix au gallon plus élevé que dans une station-service traditionnelle.

L'indispensable GPS

L'option GPS est essentielle si vous n'avez pas emporté votre propre appareil. Dans ce cas, n'oubliez pas d'acquérir les cartes « États-Unis » ou de les mettre à jour.

Des modèles récents de GPS sont proposés en location / jour par les principales agences de location de voitures.

Une autre astuce consiste à l'acquérir directement aux États-Unis dans un magasin spécialisé à un tarif généralement inférieur à ceux pratiqués en Europe. Suivant la durée de votre séjour, l'achat d'un GPS pourrait s'avérer moins coûteux que la location de l'appareil, à vous de faire le calcul.

GPS Route 66
Ci-dessus : La « Old US-66 » entre Gardner et Dwight, Illinois. Parfois, la route historique porte le nom de « Route 66 », « 66 », « Historic Route 66 » ou, comme ici, « Old US-66 ». Le GPS, fidèle allié lors de votre périple le long du tracé intercontinental, se révèlera particulièrement utile dans ce cas de figure précis pour suivre la 66 sans se perdre.

Principales agences de location présentes aux États-Unis

Alamo
Advantage Car Rental
Avis
Budget
Dollar
Enterprise Rent a car

Payless
Thrifty Car Rental

Privilégiez les plus importantes agences qui disposent d'un plus vaste réseau, plus grand choix, un parc de véhicules neufs, entretenus de manière irréprochable et une assistance routière souvent plus conséquente.

En cas de pépin, les agences internationales sont présentes dans les plus petites villes et changeront ou répareront le véhicule en cours de location sans sourciller. Les plus petites agences ne sont présentes que dans les grandes villes ou uniquement dans certaines localités, régions ou états. Mais elles peuvent aussi se révéler sensiblement moins chères.

Pré-réservation sur Internet

L'idéal est de procéder à une pré-réservation sur Internet. Elle vous permettra de comparer les modèles et les tarifs généralement sans débiter votre carte de crédit qui le sera plus tard, au moment de la prise du véhicule. Cette pratique option de pré-location vous permet de changer de modèle sur place ou de bénéficier d' « upgrades », sur-classement payant, directement au guichet de l'agence.

Il est cependant possible de réserver son véhicule sans aucune réservation préalable, simplement en se dirigeant physiquement devant le guichet de l'agence. La réservation prendra un peu plus de temps et le choix des véhicules par catégorie s'en trouvera limité. De plus, la pratique est vraiment peu courante.

Quel modèle de voiture choisir ?

Les agences de location de voitures classifient les modèles en plusieurs catégories, des plus petites aux plus grandes (en taille et en puissance du moteur). Le prix est évidemment progressif.

On ne peut que vous conseiller d'éviter de louer le modèle le plus compact de la gamme proposée. Sur la route, vous vous retrouverez en compagnie de véritables monstres et risquez de vous sentir nettement plus à l'aise dans une voiture un peu plus grande, sans toutefois viser le démesuré SUV...

Enfin, laissez-vous tenter par une voiture américaine comme une sportive Mustang, une Chevrolet familiale ou une imposante Dodge. Vous perdrez peut-être quelques repères en renonçant à une plus familière marque européenne ou asiatique mais votre « American car » participera à l'exotisme de votre « Road Trip ». Les voitures américaines bénéficient généralement d'habitacles et de coffres vastes (à l'exception des voitures sportives à l'espace très limité) et de toute une série d'options très marrantes, comme la boîte à gants réfrigérée par la climatisation pour conserver les boissons fraîches !

Attention toutefois à la consommation en essence, qui peut être étonnamment gourmande sur certains modèles américains !

4x4 ou pas ?

L'option 4x4 peut être envisagée, en particulier si vous prévoyez de suivre les plus anciens tracés de la Route 66 dont le revêtement a souvent disparu. Certains cols, au Nouveau-Mexique, en Arizona et en Californie ne seront franchissables qu'avec un tel véhicule, en particulier si vous prévoyez de parcourir la 66 en hiver.

Là encore, une méfiance toute particulière : la consommation en essence de ces véhicules en particulier peut être hallucinante !

Gardez en tête que, sans jouer aux Indiana Jones, il n'y a généralement pas besoin de SUV pour parcourir l'itinéraire historique, en particulier si vous évitez sagement l'hiver qui rendra inaccessible une grande partie des cols de montagne au Nouveau-Mexique, en Arizona et en Californie.

Les voitures automatiques

Aux États-Unis, toutes les voitures – ou presque – sont équipées d'une boîte de vitesses automatique. Même les voitures européennes importées ont été ainsi modifiées pour s'adapter au marché américain.

Les commandes se limitent donc aux 2 pédales (frein et accélérateur, pas de débrayage) et à la boîte automatique. Levier sur « P », la voiture, parquée, n'avance plus. Levier sur « D », « Drive », la voiture avance. Levier sur « R », la voiture recule.

Les assurances

Les assurances ne sont – généralement – pas incluses dans le tarif journalier de base. Chaque automobiliste choisit « à la carte » les assurances qu'il souhaite ajouter. Un conseil : n'économisez pas sur ce poste. Même s'il est – très - coûteux, certes...

Il existe plusieurs types d'assurances qui vous seront proposés au moment de la location de votre véhicule :

Collision Damage Waiver (CDW) ou Loss Damage Waiver (LDW), les deux termes sont utilisés, est une assurance qui couvre les dommages (et le vol) du véhicule loué. En cas d'accident ou de vol, il n'y a généralement pas de franchise à payer (« deductible » en anglais).

Additional Liability Insurance (ALI) ou Liability Insurance supplement (LIS), les deux termes sont utilisés, est une assurance responsabilité civile complémentaire qui couvre les dégats causés aux tiers.

Personal Accident Insurance (PAI) est une assurance qui couvre les dommages corporels (ou la mort) du conducteur et des passagers.

Personal Effects Protection (PEP) assure les effets personnels des occupants de la voiture, en cas de vol.

Avant de partir, notez consciencieusement les assurances que vous avez déjà pour ne pas les payer à double (accident, matériel, maladie, rapatriement, dépannage automobile, protection juridique, etc.) et leurs coordonnées téléphoniques – numéros internationaux – pour les joindre rapidement en cas de pépins. Vérifiez si votre assurance auto privée vous offre une couverture à l'étranger. Votre carte de crédit peut aussi inclure une telle assurance.

Dépannage et « AAA »

Les plus grandes agences de location proposent un service efficace de dépannage généralement sur l'ensemble du territoire des États-Unis. Vous pouvez aussi vous affilier à l'association américaine « AAA » qui assure ce même service à ses membres, à côté d'une série considérable d'avantages appréciables : réductions dans certains musées, dans de très nombreux hôtels et motels – parfois, c'est le petit-déjeuner qui est offert -, sur la location de la voiture, l'achat de vêtements, de chaussures, au restaurant, etc.

Si vous êtes membre d'une telle association de dépannage dans votre pays, il se peut qu'elle soit affiliée au « Triple A » américain. Dans ce cas, vous bénéficiez, sans autre démarche administrative, de tous les avantages des membres américains. Signalez-le au moment du check-in à l'hôtel puisque le rabais ou les avantages « AAA » s'appliquent directement à la réception et non au moment de la réservation – quand bien même une case « AAA » peut être cochée sur Internet. Il se peut que votre interlocuteur sourcille devant votre carte nationale, prenez alors la précaution de demander, par téléphone ou mail, un numéro international avant de partir. Mais en règle générale, personne ne vous demandera de le prouver en montrant votre carte. Il faut dire qu'aux États-Unis, l'affiliation « AAA » est très répandue.

Le « Drop-off »

La solution idéale consiste à louer sa voiture à Chicago et à la déposer en fin de voyage à Los Angeles (ou inversement). C'est ce qui s'appelle un « Drop-off » et l'option est payante, carrément dissuasive dans les principales agences de location de voiture. L'option s'élève à plusieurs centaines de dollars à laquelle il faudra ajouter un vol intérieur jusqu'à l'aéroport de départ de votre vol transcontinental retour (ou adapter votre billet de retour).

Ceux qui ont du temps feront donc le trajet Chicago – Los Angeles aller-retour, en empruntant par exemple les Interstates au retour pour gagner du temps (prévoir dans ce cas-là une semaine de Los Angeles à Chicago, à un rythme soutenu de 5 à 7 heures chaque jour !).